Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Les prix des grains gardent le cap

16 février 2017,

Suivant un début de semaine hésitant, les prix des grains cherchent de nouveau à gagner du terrain, avec celui du soya pour mener la charge cette fois-ci.

Les résultats mensuels du rapport du NOPA concernant la trituration de soya en janvier aux États-Unis ont été positifs. C’est 160,621 millions de boisseaux (4,37 millions de tonnes) de soya qui ont été triturés, plus que la moyenne des anticipations des marchés de 159,1 millions de boisseaux, en hausse par rapport aux 160,176 millions de boisseaux en décembre dernier, et en forte hausse comparativement à l’an dernier où 150,453 millions de boisseaux avaient été triturés en janvier. Mentionnons toutefois qu’au cumulatif, depuis le début de l’année commerciale 2016-17, le rythme mensuel de trituration ne rejoint toujours pas encore celui nécessaire pour atteindre pour 2016-17. 

Malgré ce retard de trituration comparativement à la prévision du USDA, les marchés auront néanmoins réagi très positivement aux résultats positifs de ce rapport, le contrat à terme livraison immédiate (CàT mars 17) effaçant son recul de début de semaine pour clôturer en hausse de +16,25 à 10,6125 $US/boisseau, celui récolte (CàT Nov. 17) de +0,1125 à 10,3425. 

En Amérique du Sud, les dernières prévisions se veulent mixtes et les commentaires des météorologues à ce sujet le sont également. D’un côté, les dernières cartes météo révèlent encore de bonnes précipitations dans certaines régions au Brésil, dont l’État numéro 1 de production, celui du Mato Grosso. Cette situation devrait ralentir les récoltes et retarder aussi les ensemencements de la seconde récolte en maïs (safrinha). En Argentine, on note également que des conditions excessivement humides persistent plus au nord du pays.

 

À court terme, ces conditions trop humides autant au Brésil qu’en Argentine propose une certaine réserve à avoir concernant la suite des choses, ce qui offre un peu de support dans le marché du soya lui-même. Cependant, les prévisions pour terminer le mois de février proposent toujours un retour à des conditions plus sèches et favorables. Ainsi, de l’avis de certains météorologues, malgré les averses actuelles pour les prochains jours, les conditions restent encore très favorables pour le développement des cultures.

Hier, l’EIA a confirmé que la production hebdomadaire d’éthanol aux États-Unis continue de demeurer très élevée en baisse de -15 000 à 1 040 000 barils/jours pour la semaine se terminant le 10 février, mais en hausse de +65 000 barils/jours par rapport à la même période l’an dernier. On note que les stocks ont progressé, passant de 22,09 à 22,50 millions de barils. C’est plus que la moyenne des dernières années, mais moins que ce qui était observé à pareille date l’an dernier. Mentionnons aussi qu’il est d’usage de voir les stocks atteindre des sommets au cours des mois de février/mars. Les résultats de ce rapport auront ainsi été dans l’ensemble été bien accueilli par les marchés qui retiennent toujours l’utilisation élevée de maïs par l’éthanol qui persiste. 

Aujourd’hui, les marchés seront attentifs au rapport hebdomadaire sur les ventes américaines à l’exportation. Celles de soya seront spécialement à surveiller alors que les exportations sud-américaines commencent à gagner du terrain. Cependant, les bases américaines à l’exportation de soya révèlent une certaine fermeté, rendant ambigüe encore l’idée de voir la demande à l’exportation pour le soya américain reculer comme il se doit à partir de l’hiver. Les anticipations des marchés sont de 500 000 à 900 000 tonnes de ventes, dans tous les cas, un niveau supérieur à celui nécessaire pour atteindre la prévision d’exportations record de soya américain du USDA pour 2016-17.

Pour le maïs et le blé, les anticipations des marchés sont respectivement de ventes américaines hebdomadaires à l’exportation de 0,9 à 1,25 million de tonnes et 300 000 à 550 000 tonnes.

Techniquement, le comportement du marché du maïs à Chicago reste positif, celui-ci consolidant toujours sa position avec une tendance haussière court terme comme toile de fond. Une forte résistance reste toutefois à surveiller à l’approche de 3,80 $US/boisseau (CàT Mars 17). Il est intéressant de constater que le prix récolte (CàT Déc. 17) sera finalement parvenu à franchir la barre du 4,00 $US/boisseau, l’objectif immédiat étant maintenant une résistance à prévoir à l’approche de 4,05 $US/boisseau.

Le marché du soya à Chicago sera parvenu de son côté à bondir sur son support de 10,44 $US/boisseau (CàT Mars 17) mis à l’épreuve plus tôt cette semaine. Une tendance très court terme haussière reste effective, mais il faut surveiller de près la résistance immédiate actuellement mise à l’épreuve à 10,60 $US/boisseau. 

Le marché du blé à Chicago profite toujours de son côté d’une tendance haussière intéressante qui lui aura permis dernièrement de se transiger à son plus haut depuis août dernier (CàT Mars 17). On note une résistance qui prend forme autour de 4,55-4,56 $US/boisseau qu’il faudra surveiller dans les prochains jours, avec un support immédiat à 4,46 $US/boisseau.


Partager cet article