Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Début de semaine défensif pour le marché des grains

14 février 2017,

Après avoir connu une semaine intéressante qui aura notamment permis aux marchés du maïs et du blé de franchir des résistances intéressantes à Chicago, les prix des grains démarrent la semaine sur la défensive. Peu de nouvelles et rapports sont attendus dans les prochains jours, ce qui laisse les marchés incertains quant à la prochaine direction à suivre pour le moment. 

Hier, le rapport sur les inspections à l’exportation de grains américains aura fait peu de vagues, celles-ci affichant néanmoins toujours une avance significative comparativement à l’an dernier autant pour le maïs, que le soya et le blé : 

Maïs – 1,255 millions de tonnes, un peu plus que les attentes des marchés (0,9 à 1,1 million de tonnes), et en avance de 77% comparativement à la même période l’an dernier. 

Soya – 1,145 millions de tonnes, conformes aux anticipations (1,1 à 1,3 million de tonnes). À ce jour, depuis le début de l’année commerciale 2016-17, les inspections cumulatives de soya affichent une avance de 16% par rapport à l’an dernier.

Blé – 307 000 tonnes, sous les attentes (350 000 à 550 000 tonnes). À ce jour, les inspections de blé proposent une avance de 26% comparativement à l’an dernier. 

En Amérique du Sud, on rapporte que la récolte de soya au Brésil serait complétée à 18% versus 11% en moyenne pour cette période-ci dans les dernières années. 46% de la récolte serait terminé dans l’État numéro 1 de production, le Mato Grosso, et 47% de la seconde récolte en maïs (safrinha) serait semée.

Des précipitations importantes ont été observées dans certaines régions du Mato Grosso dans les derniers jours. Ceci donne suite à des conditions déjà très humides depuis déjà plus de deux semaines qui ralentissent les récoltes. Pour l’instant, les marchés ne semblent cependant s’en formaliser alors que les récoltes progressent toujours, bien que plus lentement. Pour les deux prochaines semaines, le retour à des conditions plus sèches et dans les normales saisonnières sont prévues.

En Argentine, des précipitations sont observées depuis la semaine dernière dans le centre du pays. Jusqu’ici, ces conditions plus humides sont jugées favorables aux cultures après deux semaines de temps sec. Des averses plus importantes restent cependant à surveiller à l’horizon pour terminer le mois de février.

À ce stade-ci, avec les récoltes qui s’accélèrent au Brésil, plusieurs firmes entrevoient de meilleures récoltes au Brésil. La semaine dernière, le USDA a laissé sa prévision inchangée à 104 millions de tonnes, mais plusieurs estiment qu’elle pourrait très bien grimper dans une fourchette de 105 à 107 millions de tonnes.

Avec les fortes intentions d’ensemencements pressenties pour ce printemps aux États-Unis, une certaine méfiance à l’idée de propulser davantage le marché du soya à ce stade-ci se fait sentir. Pour le moment, les chiffres hebdomadaires d’exportation de soya américain gardent le cap, mais un ralentissement de ce côté dans les prochaines semaines jetterait un doute sur la capacité d’écouler la dernière récolte record américaine.

Ce mercredi, le NOPA (National Oilseed Processors Association) présentera ses chiffres de trituration mensuelle de soya pour le mois de janvier. La moyenne des prévisions des marchés est de 159,14 millions de boisseaux (156,97 à 162,00 millions de boisseaux). Pour le mois de décembre, les chiffres du NOPA avaient déçu avec une trituration de 160,18 millions de boisseaux alors que les anticipations étaient de 162,8 millions de boisseaux. Cependant, au cumulatif, la trituration de soya depuis le début de l’année commerciale (2016-17) affichait alors une avance de +2,6% par rapport à l’an dernier, le USDA prévoyant plutôt une progression de +2,3% pour 2016-17.

Aux États-Unis, des conditions anormalement chaudes pour cette période-ci soulèvent certaines interrogations, spécialement du côté du blé d’hiver. Ces températures pourraient faire sortir de dormance les cultures dans certaines régions des Plaines américaines, avec un risque accru de vague de froid pour les endommager par la suite. 

Techniquement, le marché du maïs à Chicago cherche à se consolider présentement après avoir franchir une résistance importante la semaine dernière à 3,70-3,71 $US/boisseau (CàT Mars 17). Le contrat récolte (CàT Déc. 17) tente de son côté de passer le cap du 4,00 $US/boisseau, et il sera très intéressant de surveiller dans les prochains jours s’il y parvient, sachant aussi qu’aux États-Unis il s’agit d’un 1er objectif commercial recherché par plusieurs producteurs.

De son côté, le marché du soya à Chicago éprouve plus de difficulté à donner suite à son rebond de la semaine dernière avec une forte résistance qui se fait sentir à 10,60 $US/boisseau (CàT Mars 17). Le biais du volume de transaction se veut négatif, mais l’hésitation de l’ADX et la contraction du MACD laissent entrevoir pour le moment un bon support à surveiller à 10,44 $US/boisseau. Un passage sous ce niveau laisserait la porte ouverte à un recul plus marqué vers son dernier creux sous 10,20 $US/boisseau.

Le marché du blé à Chicago continue pour sa part d’avoir le vent dans les voiles après avoir franchi de multiples résistances intéressantes dans la dernière semaine pour atteint un sommet inégalé depuis la fin juin dernier. Suivant ce rebond très intéressant, et avec l’hésitation qui se fait sentir des côtés du maïs et soya, il faut maintenant s’attendre à ce qu’il tempère sa lancée avec une résistance qui se fait sentir à 4,50 $US/boisseau (CàT Mars 17).


Partager cet article