Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

La semaine se termine sur une note défensive

27 janvier 2017,

Les prix des grains à Chicago ont clôturé la semaine en légère baisse, l’exception étant celle du soya qui a timidement progressé suivant son recul des derniers jours.

En Argentine, les conditions plus sèches dans le nord du pays continuent de laisser les sols s’assécher suivant les précipitations excessives des dernières semaines. À l’opposé, plus au sud du pays, des précipitations très attendues atténuent les effets des conditions trop sèches qui y persistaient jusqu’ici.

Après avoir menacé de refaire surface pour débuter le mois de février, les précipitations sur les radars météo s’estompent également, laissant place à des conditions qui resteront plus sèches et favorables pour les cultures du nord de l’Argentine dans les prochaines semaines. Dans le sud du pays, des précipitations supplémentaires sont maintenant attendues pour la semaine prochaine, suggérant ainsi une continuité de conditions plus favorables pour les cultures là aussi.

En raison des conditions défavorables de début de saison en Argentine, le Buenos Aires Grains Exchange prévoit une récolte de soya pour le pays de 53,5 millions de tonnes. Dans son dernier rapport mensuel, le USDA prévoyait 57 millions de tonnes. Si ce recul se confirme, ce sera néanmoins une récolte beaucoup moins « catastrophique » que ce que certains analystes envisageaient. Rappelons que la semaine dernière, dans le cœur de la tourmente des inondations observées dans quelques régions de l’Argentine, certaines prévisions avançaient des pertes de 5 à 7 millions de tonnes.

Au Brésil, les premières récoltes se poursuivent. Dans l’État de Mato Grosso, 16,25% de la récolte serait maintenant complétée, en léger retard en raison des précipitations des deux dernières semaines, mais rien d’inquiétant à ce stade-ci.

Hier, le rapport hebdomadaire sur les exportations et ventes à l’exportation de grains américains aura proposé des résultats intéressants. Les ventes à l’exportation de maïs ont été de 1 370 400 tonnes, plus que les prévisions des marchés (700 000 à 1 000 000 tonnes) et plus que le volume nécessaire par semaine (545 000 tonnes/semaine) pour atteindre la prévision d’exportations record de maïs du USDA.

Les ventes à l’exportation de soya américain auront été plus décevantes à 539 400 tonnes, bien que dans les attentes des marchés (450 000 à 650 000 tonnes). On note cependant que les exportations de soya américain elles-mêmes commencent à reculer sous le niveau de l’an dernier et de la moyenne 5 ans pour cette période-ci. Si la situation persiste dans les prochaines semaines, les marchés se montreront plus nerveux à l’idée de voir les exportations sud-américaines prendre les devants de manière assez agressive pour ralentir dangereusement les chiffres d’exportations de soya américain.

La grande surprise du rapport hebdomadaire d’exportation de grains américains aura été du côté des ventes de blé qui ont bondi à 853 400 tonnes, nettement plus que les prévisions des marchés (200 000 à 400 000 tonnes), et le plus haut niveau de ventes hebdomadaires à l’exportation de blé américain depuis le début de l’année commerciale 2016-17 (1er juin).

Une vague de froid préoccupe actuellement certains analystes du côté de la Russie pour les cultures de blé d’hiver. Cependant, il semble que pour le moment, la situation ne soit pas suffisamment inquiétante pour soulever le marché du blé lui-même. 

Techniquement, le recul du marché du maïs à Chicago de la dernière semaine réitère la fermeté de la résistance rencontrée autour de 3,69-3,70 $US/boisseau (CàT Mars 17). On note la possibilité de formation d’une tendance haussière court terme si le support immédiat à 3,60-3,61 $US/boisseau parvient à tenir le coup en début de semaine prochaine.

Le comportement du marché du soya à Chicago invite davantage à la prudence. Depuis son sommet la semaine dernière à près de 10,80 $US/boisseau (CàT Mars 17), il aura reculé de plus de 0,30 $US/boisseau, brisant au passage un 1er support à l’approche de 10,50 $US/boisseau. Il faudra surveiller la semaine prochaine un recul supplémentaire sous 10,42-10,43 $US/boisseau qui ouvrirait par la suite la voie à un repli vers 10,20-10,24 $US/boisseau.

Malgré de nouvelles intéressantes (fortes ventes à l’exportation de blé américain et inquiétudes pour les cultures de blé d’hiver en Russie), le marché du blé à Chicago aura définitivement écarté dans la dernière semaine sa tendance haussière amorcée en décembre après avoir tenté sans succès un passage au-dessus d’une résistance plus forte à 4,37 $US/boisseau (CàT Mars 17). Il faut maintenant surveiller un prochain support à l’approche de 4,20 $US/boisseau.  


Partager cet article