Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Les prix des grains hésitent toujours

16 novembre 2016,

Le début de semaine se sera amorcé sur une note mixte à négative pour les prix des grains à Chicago dans un mélange de fin de récoltes américaines et de manque de nouvelles fraiches stimulantes.

Lundi, le rapport hebdomadaire sur la progression des récoltes américaines du USDA a indiqué qu’en date de dimanche dernier, il restait 7% de la récolte de maïs et 3% de celle de soya à compléter. La semaine en cours devrait ainsi permettre de finaliser pratiquement toutes les récoltes américaines, avec des conditions météo qui demeurent très favorables dans l’ensemble. 

Une 1re tempête hivernale en provenance de l’ouest à partir des Rocheuses devrait cependant ralentir les travaux au champ pour quelques États américains plus au nord et à l’ouest dans les prochains jours. 

À l’opposé, en Amérique du Sud, les conditions de début de saison se veulent toujours très intéressantes. Les régions de production plus au nord du Brésil (incluant l’État producteur numéro 1 du Mato Grosso) ont reçu de bonnes précipitations dernièrement. Ceci vient grandement contribuer à tempérer les effets de conditions un peu trop sèches qui y persistaient, laissait entrevoir de 1res bonnes récoltes de maïs et soya. 

Selon AgRural, les ensemencements de soya seraient maintenant complétés à plus de 63%, en légère avance de +3% par rapport à la même période l’an dernier. Dans l’état numéro de production du Mato Grosso, 90% des semis seraient terminés.

À l’opposé, dans le sud du Brésil, le temps plus sec actuel permet aux régions qui avaient fait face récemment à des précipitations importantes de s’assécher. Par contre, ces conditions plus sèches continuent d’être surveillées de plus près dans le nord de l’Argentine où le début de saison se veut un peu plus incertain en raison du temps sec qui persiste. 

Dans l’ensemble, pour l’Amérique du Sud, les conditions actuelles appuient ainsi toujours la possibilité d’excellentes récoltes. Rappelons que selon le dernier rapport mensuel du USDA, une récolte record de 102 millions de tonnes de soya est prévue pour le Brésil cet hiver, alors que celle de l’Argentine atteindrait son 2e plus haut niveau à 57 millions de tonnes suivant le record de l’année récolte 2014-15 de 61,4 millions de tonnes. 

À moins que des imprévus météo ne fassent surface dans les prochaines semaines/mois, c’est donc coup sur coup des récoltes record aux États-Unis puis en Amérique du Sud que les marchés devront absorber, rien de particulièrement positif pour les prix.

Par contre, le marché du soya continue de profiter d’une fermeté de la demande très intéressante. D’ailleurs de nouvelles ventes américaines de soya importantes ont encore été annoncées depuis le début de la semaine pour un total de plus de 700 000 tonnes. 

Hier, le rapport mensuel du NOPA aura été aussi positif. Pour le mois d’octobre, les membres aux États-Unis du NOPA ont trituré 164,641 millions de boisseaux. C’est plus que la moyenne des prévisions (160,5 mil. de bo.), un niveau record pour un mois d’octobre, et le 3e mois de trituration le plus élevé jamais observé.

Fondamentalement, le marché du soya profite ainsi d’un contexte très dynamique où l’excès d’offre semble envers et contre tout trouver preneur au niveau de prix actuel, offrant de la sorte un support intéressant aux prix malgré la pression des récoltes américaines. 

Techniquement, le contexte se veut par contre encore bien incertain pour les prix des grains à Chicago présentement. Les derniers jours confirment la fin du canal haussier dans le marché du maïs et le passage sous le niveau du support important de 4,00 $US/boisseau dans le blé à Chicago. Une certaine hésitation se fait maintenant sentir pour le maïs et le soya à l’approche de supports clés à 3,35-3,36 $US/boisseau (CÀT Déc. 16) pour le maïs et 9,74-9,75 $US/boisseau (CàT Janv. 16) pour le soya. Un passage sous ces supports viendrait alourdir les perspectives pour les prochaines semaines. Rappelons qu’il n’est cependant pas rare d’assister à un dernier recul saisonnier des prix à Chicago à la fin des récoltes en novembre.


Partager cet article