Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Les prix des grains bondissent

13 octobre 2016,

Moins de 24 heures après avoir encaissé ce qui aura été un rapport mensuel du USDA sans grandes surprises, mais qui réitère encore et toujours les quantités exceptionnelles de grains qui seront disponibles pour les prochains mois, les prix des grains ont bondi aujourd’hui.

Pour une rare fois, ce sera le marché du blé qui aura mené la charge, bondissant sur tous les marchés (Chicago, Minneapolis et Kansas). Celui de Chicago aura ainsi clôturé en hausse de +0,1925 à 4,16 $US/boisseau (CàT Déc. 16). Il s’agit de sa plus forte progression journalière depuis le rallye d’avril dernier, et sa plus haute fermeture pour une journée depuis la fin août.

Enflammé par des appels offres simultanées en provenance de l’Algérie, de l’Arabie Saoudite et de l’Égypte, les marchés auront ainsi franchi une importante résistance, celle de 4,10 $US/boisseau. Les fonds spéculatifs qui détenaient jusqu’à tout récemment une position nette vendue exceptionnellement forte dans le marché du blé, et avaient déjà commencé dernièrement à changer leur fusil d’épaule, auront certainement pris bonne note de ces signaux aujourd’hui, contribuant d’autant à faire bondir le marché du blé.  

Soulignons également que si le rapport mensuel du USDA n’a pas été spécialement positif pour le marché du blé, il aura eu tout au moins le mérite de timidement défier les attentes des marchés avec des stocks mondiaux un peu moins importants que les anticipations.

Le marché du maïs aura emboîté le pas à celui du blé, testant au passage à nouveau la résistance de 3,50 $US/boisseau (CàT Déc. 16). À l’image du marché du blé, les fonds spéculatifs étaient jusqu’à dernièrement très investis à la baisse. À défaut de mauvaises surprises du côté du rapport mensuel du USDA qui, outre des stocks américains et mondiaux très élevés, fait miroiter une excellente demande (et exportation) de maïs américain pour la prochaine année, ceux-ci auront profiter ainsi de l’occasion pour prendre du recul et couvrir des positions. Ceci aura certainement contribué au rebond très intéressant d’aujourd’hui.

En lui-même, le rapport hebdomadaire de production d’éthanol de l’EIA n’a pas été particulièrement positif, proposant un recul de production de 1,84% à 962 000 barils/jour. Ce niveau demeure par contre en hausse de 1,37% par rapport à la même période. Les stocks d’éthanol ont également reculé de 3,89% à 19,393 millions de barils. 

De son côté, de meneur à suiveur, le marché du soya aura su profiter des gains dans les marchés du blé et du maïs pour se raffermir également. De nouvelles annonces de ventes américaines à l’exportation de soya de 115 000 tonnes (destination inconnue) et 126 000 tonnes (Chine) ont ajouté une touche positive.

Sur le fond, le marché du soya demeure cependant sous pression, comme l’illustre bien son incapacité à se dissocier de sa tendance neutre contrairement aux marchés du blé et maïs aujourd’hui.

Le rapport du USDA n’aura pas proposé hier de grandes surprises, avec des rendements américains ajustés de nouveau en hausse à un record de 51,4 boisseaux/acre. Ceci était cependant dans les attentes des marchés. Les stocks américains de fin d’année se veulent plus faibles qu’anticipés, bien qu’on ne peut ignorer non plus les stocks plus importants prévus dans le monde.

Techniquement, les rapports clés qui étaient attendus dernièrement (Stocks trimestriels américains de grains et rapport mensuel du USDA d’octobre) étant maintenant derrière nous, tout indique que les creux récoltes le seraient également. Mentionnons seulement que suivant la tendance saisonnière, le soya a une propension à atteindre un nouveau creux par la suite en novembre.  

Les comportements du marché du maïs et blé se veulent actuellement intéressants et à surveiller, avec un timide début de tendance haussière sur le radar.

Demain, le USDA présentera son rapport hebdomadaire des exportations et ventes à l’exportation de grains américains. Ce rapport pourrait très bien servir de nouveau catalyseur pour plus de progression dans les marchés du maïs et blé, pour autant que les résultats des ventes à l’exportation gardent le cap sur leur niveau intéressant des dernières semaines.


Partager cet article