Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Bunge

Le soya I.P., un monde d'opportunité à préserver

21 février 2014, Bunge

Le marché du soya destiné à la consommation humaine a suscité un intérêt important pour la récolte 2014. Les primes sont à un niveau sans précédents et nous avons dorénavant de meilleures variétés en termes de rendement et de phytoprotection. La demande continue d'être forte dû à la population mondiale qui ne cesse d’augmenter et aussi dû à la quête d’alternatifs alimentaires plus sains.

Comme le temps de semer se rapproche les producteurs indécis devront bientôt prendre une décision. Du soya OGM, Non OGM, maïs ou même peut être des céréales ?

soy

Nous savons déjà que dans le cas du soya  I.P. (identité préservé) les approvisionnements en semences sont très limités mais si toutefois vous arrivez à mettre la main dessus, voici quelques informations pertinentes.

  • La population mondiale est estimée à 7,144 milliards et il est anticipé qu'elle sera de 9,551 milliards en 2046.
  • La production mondiale de soja est passée de 184,820 millions de tonnes métriques pour la récolte 2001 à 286,830 millions de tonnes pour celle de 2013. Cela représente une augmentation de 55%.
  • La demande pour le soja est passée de 184,450 millions de tonnes pour la récolte 2001 à 270,920 million de tonnes pour celle de 2013. Cela représente une augmentation de 47%.
  • Parmi les 13 plus grands importateurs de soja dans le monde, la Chine en arrive en première place avec 65%.
  • Chine, le Japon, Taiwan et la Corée représentent 70% des achats de soja I.P. à l’échelle  mondiale, soit 15 millions de tonnes par an.
  • La Chine consomme 11 millions de tonnes métriques (MTM), dont 5,5 MTM de tofu, 3,5 MTT de lait de soja et 2 MTM pour divers produits consommables. La consommation est estimée à croître entre 3-5% par an au cours des prochains 10 ans.
  • Le Japon consomme environ 942,000 TM, 80% étant des importations dont 43% en provenance des États-Unis, 51% du Canada, 5% de la Chine et un minuscule 1% de l’Amérique du Sud. 80% du soya pour la consommation humaine va vers la production du tofu, du natto et du miso. Fait intéressant, la consommation de lait de soja au Japon a augmenté de 233 % entre 2002 et 2012 et est appelé à doubler dans les 4 prochaines années! Assez impressionnant comme chiffre!
  • La consommation en Taïwan est fixée à 250,000 tonnes métrique par an. Leur demande est relativement stable. La production de tofu et du lait de soja compte pour 80% de leur consommation de soja.
  • La Corée du Sud consomme environ 440,000 tonnes métrique, 73% étant des importations. Avec l'accord de libre-échange de 2007 entre la Corée et les États-Unis, nous pouvons nous attendre à voir davantage d'importations de soja d'origine Américaine. Les importations ont doublé de 2012 à 2013 et sont appelé à continuer à augmenter au cours des prochaines années.
  • Les États Unis exportent 8 fois plus de Non OGM que le Canada (6,2 contre 0,8 MTM en 2012-2013).


Que devez-vous retenir des statistiques ci-dessus? Pour commencer, la demande pour le soya I.P. n'a cessé d'augmenter au cours des dernières années. La production est également en augmentation ce qui signifie qu'il n'y a presqu’aucun effet net sur le point d'équilibre. Il faut être conscient que les États-Unis sont notre principal concurrent quand il s'agit de l'exportation de soja. Jusqu'à présent, nous avons eu l'avantage d'avoir un soya de meilleur qualité (plus haute teneur en protéine ce qui sert à justifier une prime plus élevé), mais nous voyons présentement une grande partie de la demande Asiatique se diriger envers les États-Unis dû à nos fortes primes de variété.

Pour la récolte 2014, nous sommes devenues les vendeurs de soya I.P. le plus cher du continent, ce qui donne dorénavant un avantage à nos compétiteurs Américains. Cela signifie que les acheteurs ont maintenant une autre raison de plus de faire le tour d’autres fournisseurs hors du Québec. Si le prix ne subit aucune correction à partir de la récolte 2015, nous risquons de perdre de l’intérêt de façon significative ce qui emportera les primes à la baisse. Le concept fondateur de l'économie est l'offre et de la demande.

soy 2

Le point où l'offre répond à la demande, ou plus simplement dit lorsque tous les acheteurs trouve un fournisseur à un prix où les deux sont heureux est appelé le point d'équilibre. Dans le passé, l'offre a été inférieure à la demande ce qui a signifié que les vendeurs contrôlait le marché et donc le point d'équilibre se fessait pousser plus haut par les vendeurs. Pour la prochaine récolte par contre, le marché s’attend à un nombre beaucoup plus élevé d’acres de soja I.P. ce qui signifie que ce même point d'équilibre ce verra pousser à la baisse (alors l’offre sera plus haute que la demande ce qui équivaut à un prix plus bas).

Nous voilà maintenant de retour à un modèle d’affaire semblable à celui de 2008-2010 ce qui signifie qu'il sera certainement question d'une correction baissière des primes si nous voulons maintenir voir même regagner notre part du marché pour la récolte 2015 et les suivantes.

Quelle serait la meilleure façon de garder les primes intéressantes tout en continuant d’attirer la demande? Nous avons tous avantage à travailler en équipe et à penser au long terme. Si nous poussons la demande vers d'autres pays tels que les États-Unis en conservant des primes extrêmement élevées, nous allons progressivement détruire notre propre marché d’export. Du même revers, les acheteurs eux aussi devrons comprendre la hausse de popularité du soya OGM qui rend les choses beaucoup plus facile au producteur. Quand on dit compliqué on dit qui paye plus ! C’est logique, non? Mais tout cela nécessite du donnant donnant, ce qui n’est pas le cas en ce moment.

soya 3

Les États-Unis possèdent l'avantage d’avoir beaucoup plus d’acres disponible pour l’ensemencement de soya I.P. ce qui leur donne un avantage en terme de coût marginal. L'avantage que nous possédons, et que nous devons utiliser à bon escient, est la qualité de nos soyas (un avantage qui ne durera peut être pas éternellement!). Les primes ainsi que les acres ensemencées devront maintenir un rythme stable (pas de grands écarts à la hausse ou à la baisse) ce qui créera un point d'équilibre plus parfait. Rappelez-vous, nous devons tous penser à long terme pour le soja I.P. pour vraiment donné un sens à vos entreprises. Il est à la fois le travail du producteur ainsi que celui de l’exportateur de faire un effort commun, a fins de maintenir des prix et des tonnages raisonnable.


Partager cet article