Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Agrocentre

Pas si mal pour une fin d’année…

20 décembre 2018, Agrocentre

L’année 2018 se sera conclue en queue de poisson avec un automne pluvieux et, un hiver très hâtif. Résultat, à la mi-décembre, certains producteurs n’avaient pas eu encore la chance de finir leurs récoltes, surtout de maïs, mais parfois même de soya.

De son côté, Statistique Canada a confirmé au début décembre que comme prévu, la récolte québécoise de soya a fracassé un nouveau record. Par contre, celle de maïs aurait, selon leur estimation, affiché un bon recul à seulement 3,6 millions de tonnes. Historiquement, ce serait la moins importante récolte de maïs enregistrée depuis 2014.

Concours de circonstances ou non, 2018 marque une année particulière dans les prix des grains. Oui, comme chaque année, nous aurons vu les prix du maïs et soya afficher un bon recul au cours d’octobre et novembre derniers. Par contre, contrairement aux trois dernières années, ils auront été à même de bien se maintenir pendant la récolte.

Pour le maïs, on parle d’un prix qui a avoisiné à son plus bas à l’automne autour de 190$ la tonne. Par comparaison, dans les dernières années, les creux récoltes auront été d’aussi peu que 180 $ la tonne, si ce n’est moins. Ce qui est toutefois d’autant intéressant est surtout de constater que déjà, en ce mois de décembre, le prix du maïs n’a pas manqué de rapidement se ressaisir à plus de 205-210$ la tonne selon les régions. Et dire que pour une bonne partie de 2018, nous aurons eu toutes les misères à atteindre ce niveau…

Le cas du soya est tout aussi intéressant, surtout sachant qu’à la bourse, il a connu dans la dernière année un recul important, s’enfonçant à un creux inégalé en une dizaine d’années autour de 8,10 $US/boisseau en juillet puis en septembre dernier. Par comparaison, les creux des trois dernières années ont été de 8,50, 9,30 et 9,00 $US/boisseau. Pendant ce temps, au Québec, la nervosité des marchés et la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine nous auront fait broyer du noir. Pourtant, concrètement, les prix n’auront pas été nécessairement beaucoup plus faibles que dans les dernières années.

En fait, jusqu’en mai, nous aurons vu le prix du soya au Québec avoisiner de 460 à plus de 490 $ la tonne. Ce qui aura fait mal cependant est bien entendu le brusque recul de l’été dernier amorcé à partir de la fin mai, conséquence directe de la guerre commerciale États-Unis et Chine, mais aussi des excellentes conditions météo aux États-Unis. Normalement, il faut plutôt attendre la mi-juin, voir le début juillet avant que le prix du soya n’amorce un recul définitif et « progressif » jusqu’à son creux à la récolte. Mais cette année, au début juillet, nous étions déjà à notre creux très près de 400-410 $ la tonne. Ceux qui n’avaient alors rien vendu pour la récolte ont, avec raison, très mal digéré la chute du marché à Chicago.

Sauf qu’une fois la tempête derrière nous, pour la récolte, nous étions de retour en selle avec un prix comparable aux dernières années autour de 420 à 440 $ la tonne.

Que conclure de 2018? S’il est vrai que la dernière année n’aura été en rien remarquable pour les prix des grains, on peut au moins affirmer que dans l’ensemble, elle n’aura pas été aussi mauvaise qu’on peut le croire. En fait, considérant les nouvelles très importantes récoltes américaines et l’impact très négatif de la guerre commerciale États-Unis et Chine, ils se seront assez bien comportés. Mieux, à regarder les prix en cette fin d’année, spécialement celui du maïs, les prochains mois s’annoncent intéressants. Aurons-nous du maïs de retour à plus de 220$ la tonne au cours de 2019? Ceci reste à voir… Le soya pourrait aussi encore surprendre cet hiver, surtout si un accord est conclu entre les États-Unis et la Chine. Mais, des problèmes météo en Amérique du Sud et une réduction plus importante des ensemencements américains pourraient aussi surprendre et dynamiser les prix.

Par contre, comme l’aura rappelé 2018, il ne faut pas nécessairement attendre trop longtemps avant de vendre des volumes. 2018 aura été une année de surprises et d’imprévus, et la meilleure manière d’éviter d’en subir les contrecoups restera toujours de ventiler son risque et ses ventes.

De toute l’équipe du réseau Agrocentre, un merveilleux Temps des Fêtes et une excellente année 2019!


Partager cet article