Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Agrocentre

Maïs : vendre ou attendre?

21 octobre 2019, Agrocentre

La récolte du maïs devrait débuter d’ici peu, dernière étape d’une année qui ne passera certainement pas à l’histoire et que plusieurs voudront mettre rapidement de côté. Mais tout ne sera pas tout à fait terminé, puisqu’encore faudra-t-il vendre sa récolte. 

Bien entendu, avec la mauvaise récolte de cette année, il serait étonnant que le prix du maïs au Québec ne soit pas plus intéressant dans les prochains mois.

Présentement, tout juste avant la récolte, nous profitons encore de prix élevés de 230-240 $ la tonne et plus selon les régions. Comme chaque année, l’arrivée du maïs de la nouvelle récolte devrait écraser les prix d’ici peu. Pour le moment, on parle d’un prix récolte qui varie de 200-205 à 210 $ la tonne et parfois un peu plus. Basé sur cette information, on peut déjà dire que contrairement aux dernières années, un prix à beaucoup moins de 200$ la tonne en plein battage ne sera certainement pas la norme cette année. Si ensuite, comme l’an dernier, les conditions météo se montrent plus difficiles en novembre, on pourrait même gagner rapidement du terrain vers 205-210$ la tonne et plus pendant la récolte.

Mais la question se pose comme toujours : entreposer ou vendre récolte?

Si on se fit au comportement du prix du maïs au Québec des dernières années, nous devrions à tout le moins gagner de 15 à 20$ la tonne entre le creux récolte et la fin de l’année. Ceci veut dire qu’à moins d’imprévus, le maïs devrait alors se transiger autour de 215 à plus de 220-225$ la tonne pour débuter 2020. Entre vendre récolte où attendre un peu pour vendre, la question ne se pose donc pas bien longtemps. Pour 1 à 2 mois d’entreposage, on profite d’un premier gain intéressant.

Là où les choses peuvent se corser est de vendre ensuite plus tard à l’hiver, sinon au tout début du printemps. Comme le montre bien le graphique ci-joint, d’une année à l’autre, nous assistons à une véritable traversée du désert pour le prix du maïs au Québec de décembre à la fin avril. Oui, parfois le prix grimpe davantage et on peut certainement aller chercher quelques dollars la tonne de plus. Mais généralement, on parle d’une variation de prix qui ne dépasse pas la dizaine de dollar la tonne au cours de cette période. Alors vendre par exemple plus tard à la fin de l’hiver plutôt qu’en décembre ou janvier n’offre pas nécessairement un grand avantage.

Par contre, bien entendu, le fait de patienter peut être payant s’il y a des imprévus intéressants. C’est d’ailleurs beaucoup plus souvent le cas à partir du printemps comme le montre très bien le graphique. La dernière année aura d’ailleurs été exceptionnelle à cet égard. 

Avec le début de saison très difficile et inquiétant autant aux États-Unis qu’au Québec, nous avons assisté à une hausse des prix comme ça faisait longtemps qu’on en avait vu, avec un prix qui culminé plus de 260-270 $ la tonne à l’été. Mais est-ce que ce sera le cas de nouveau en 2020 restes à voir ?

L’un des principaux enjeux des prochains mois concerne les demandes de maïs pour l’éthanol et les exportations aux États-Unis qui ont affiché un bon recul dans les derniers mois. S’il n’y a pas non plus d’accord commercial États-Unis et Chine d’ici le printemps prochain, il est bien possible que les producteurs américains choisissent d’ensemencer une superficie record de maïs en 2020. Comme on le sait, plus de production et moins de demandes ne font jamais bon ménage pour les prix…

Bien sûr au Québec, la mauvaise récolte de maïs de cette année fait en sorte que nous devrions avoir des offres plus soutenues (des bases plus fortes…) des acheteurs pour les prochains mois. Mais si le marché à Chicago en prend pour son rhume, il sera alors plus difficile pour le marché du maïs, même au Québec, de grimper. 

Ainsi, à moins de pouvoir se permettre de ne rien vendre pour plusieurs mois ou encore qu’on souhaite tout miser sur une nouvelle hausse importante des prix à partir du printemps prochain, prévoir déjà dès maintenant quelques ventes pour la fin de 2019 et le début de 2020 apparait une bonne stratégie pour débuter sa commercialisation. En prévoyant ces ventes, on maximise ses chances de profiter de 1ers prix plus intéressants suivant la récolte, avec peu d’entreposage, et des liquidités pour préparer la saison 2020 et patienter pour d’autres hausses intéressantes au printemps prochain. Qui sait… 

Informez-vous dès maintenant de ce que le réseau Agrocentre peut vous offrir comme prix à la récolte, mais aussi pour débuter 2020!

AGROFIBRES SUR FACEBOOK 


Partager cet article